Une approche holistique pour augmenter les revenus des cultivateurs de cacao

Directrice générale, Lindt Cocoa Foundation, responsable des matières premières et du développement durable de Lindt & Sprüngli (International) AG
Par Dr Piera Waibel
 

A lot of discussion around increased farmer income has so far been on higher cocoa yield and higher prices and/or premiums. In my opinion, these discussions and solutions are too limited, and more activities are necessary to create long-lasting change. This, however, requires some shifts in mind-sets.

Tout d'abord, nous devons cesser de parler de revenus et nous concentrer plutôt sur le revenu net, car les coûts ont la même influence sur ce qui finit par se retrouver dans la poche que la valeur des ventes. Le fait de ne considérer que la croissance ou l'augmentation de la production néglige complètement l'augmentation des coûts des moyens de production et de la main-d'œuvre associés à l'augmentation de la production, qui est toujours favorisée dans les modèles agricoles à haut rendement et à fort niveau de ressources.

Deuxièmement, un "cultivateur de cacao" est souvent non seulement un cultivateur de cacao, mais aussi le membre d'un "foyer" qui produit également du cacao. L'étude “” of KIT – Royal Tropical Institute est arrivée à la conclusion que les foyers producteurs de cacao cultivent également d’autres produits et ont donc des sources de revenus alternatives. Cependant, le cacao est - toujours et selon les alternatives - pour beaucoup la culture la plus intéressante.

Troisièmement, un foyer n'a pas seulement des coûts associés à la production de cacao, mais aussi pour le foyer en tant que tel. Les rapports sur le revenu de subsistance (Ghana, Côte d’Ivoire), préparés pour la Living Income Community of Practice ont calculé que plus de la moitié du revenu de subsistance était nécessaire pour l'alimentation. Grâce à l'amélioration des infrastructures (telles que les routes), les coûts des foyers pourraient être réduits.

Farmer Training

Formation en Équateur sur la culture de produits biologiques (photo: Lindt Cocoa Foundation)

Dans ce contexte, l'augmentation des prix ou des primes aux cultivateurs est un mécanisme important à prendre en considération, mais ils ne sont qu'une pièce du puzzle permettant de trouver une solution qui contribue à augmenter le revenu net des foyers des cultivateurs de cacao. Il est temps de passer à des solutions holistiques et bien équilibrées.

Le revenu net des cultivateurs comme chiffre clé

Le Lindt & Sprüngli Farming Program (présent au Ghana, en Équateur, à Madagascar, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en République Dominicaine), développe, teste et met en œuvre actuellement de telles solutions holistiques dans différents pays. Toutes les activités visent en fin de compte à augmenter le revenu net des cultivateurs, de leurs familles et de leurs communautés1.

L'approche holistique peut être structurée en 4 niveaux d'activité différents :

  1. L'intensification durable de la culture du cacao
  2. La création de sources de revenus supplémentaires
  3. La stabilisation des flux de trésorerie et la sécurisation des revenus
  4. Les infrastructures communautaires

Une intensification durable de la culture du cacao – encouragée par la fourniture ciblée de ressources et de services aux foyers des cultivateurs entraînera une augmentation de la production de cacao en utilisant les mêmes zones de culture (ou des zones plus petites) et augmentera l'impact positif sur un environnement intact. Pour éviter les pièges de coûts supplémentaires supérieurs aux revenus additionnels provenant des ventes, les cultivateurs doivent acquérir les connaissances de base nécessaires pour prendre des décisions en connaissance de cause. Plus de 400 personnes travaillant sur le terrain dans le cadre du Lindt & Sprüngli Farming Program soutiennent les cultivateurs lors de formations en groupe et de séances de coaching individuel, tout en mettant à leur disposition les ressources et les services nécessaires.

Ensuite, même avec des revenus nets plus élevés provenant du cacao, la taille des plantations de cacao est souvent trop petite pour atteindre un niveau de vie décent. La création de sources de revenus supplémentaires devient donc pertinente. En particulier lorsque les terres deviennent une source de stress et que la déforestation est un problème, l'expansion de la taille des plantations peut se révéler impossible. De plus, il semble y avoir du temps pour des activités supplémentaires, surtout pendant la période creuse. Enfin et surtout, la diversification des sources de revenus est également judicieuse du point de vue des risques. Dans nos Farming Programs, nous encourageons l'apiculture, la culture de légumes, l'élevage de porcs, de poulets ou d'escargots. Les prêts offrent un capital de départ au Ghana et en Équateur, combiné à un renforcement des capacités et à un soutien. Ces activités permettent non seulement de créer des revenus supplémentaires, mais aussi de réduire le coût proportionnellement élevé de la nourriture pour les foyers. Si les produits alimentaires - comme c'est le cas dans la vallée de Sambirano à Madagascar - doivent être transportés longtemps pour atteindre les communautés, cela permet également de réduire les coûts pour les communautés, car ils peuvent acheter des produits frais sur place à un prix plus bas.

Le Farming Program soutient les cultivateurs sur le terrain

Afin de stabiliser les flux de trésorerie tout au long de l'année (le cacao ou d'autres cultures agricoles sont saisonnières), le Farming Program encourage en outre la création de groupes de villages d'épargne et de prêt - également pour renforcer le principe selon lequel l'épargne doit toujours passer avant les prêts. Pour garantir les revenus sur le long terme, les droits sur les terres et les cacaoyers, les pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, l'agroforesterie (dynamique) ou l'agriculture régénérative sont pilotés dans le cadre du Farming Program et font partie de notre No-Deforestation & Agroforestry Action Plan, linked to our membership of the Cocoa & Forests Initiative.

And last but not least, improved community infrastructure creates the enabling context. Why can a farmer in Ecuador or the Dominican Republic manage 5ha cocoa alone, while their colleagues in Ghana indicate about too much work and require additional labor? There are for sure more sophisticated answers than this one, but my belief is – in short – that it’s because the Ghanaian farming household spends more time outside the farm to cope with life. Instead of riding a horse, motorbike or driving a car on a paved road, farmers in Ghana have to walk to the farms. They spend hours on fetching water every day for household needs, while others just turn on the faucet. Although our influence is somewhat limited in this area, we invested considerable funds over the last years for access to clean drinking water. Even if this may only seem a “drop in the ocean”, it eases life burden – especially of women – considerably.

Bien qu'il y ait encore beaucoup à apprendre sur ce qui fonctionne le mieux, je suis convaincu qu'une approche holistique est la clé pour enfin augmenter les revenus nets des foyers à moyen et long terme.

Water System Madagascar

Système d'eau potable à Madagascar (photo: Helvetas Swiss Intercooperation)


1) Voir le Théorie du changement du Lindt & Sprüngli Farming Program

 

A propos de l'auteur

Dr Piera Waibel

Directrice générale, Lindt Cocoa Foundation, et responsable du développement durable, Lindt & Sprüngli (International) AG